Implants Dentaires

La pose d’un implant

La pose d’implants est une intervention bien maîtrisée et sans douleur.

La pose d’un implant est une étape rapide (60 min) : une anesthésie locale traditionnelle, après cinq minutes d’attente, on passe à la phase chirurgicale proprement dite. Elle peut se dérouler soit d’une manière invasive chirurgicale avec un bistouri et l’ouverture complète de la gencive, soit, avec une petite operculisation de la gencive (réalisation d’un trou), qui permet d’accéder à l’os mais qu’on ne peut faire que quand le volume osseux est assez important.
Une petite vidéo pour mieux comprendre le déroulement de cette intervention.

Les implants dentaires employés avant l’usage du titane ne pouvaient pas être ostéointégrés. En effet, l’absence de biocompatibilité des matériaux employés (acier, tantale…)conduisait ces implants à une encapsulation fibreuse les isolant de l’os. On parlait alors de “fibrointégration”. La notion de rejet prédominait alors et les taux d’échec allaient croissant avec le temps. Désormais, avec le titane, disparaît cette notion de rejet. La quasi totalité des implants disponibles en 2010 sont en titane. Certains sont en Zircone ou en polymère mais n’offrent pas encore le recul dont l’ont dispose avec le titane attestant de leur fiabilité.
Qu’il s’agisse de titane, dit “médicalement pur à 99 %” ou d’alliages de titane, offrant une résistance mécanique plus élevée, aucun phénomène allergique n’a été identifié à ce jour, après plus de 25 ans d’utilisation. La fiabilité des traitements implantaires actuels n’est plus à démontrer. La littérature scientifique rapporte des taux de succès de plus de 95 % après 15 ans1.

La grande majorité des implants dentaires adopte la forme d’une vis cylindro-conique dont l’état de surface est rendu rugueux après attaque acide et sablage. La connexion de la suprastructure prothétique est réalisée via un hexagone externe ou interne ou encore un cône morse2. Ces implants sont insérés dans leur axe longitudinal, après forage d’un logement adapté en longueur et diamètre. On peut parler d’implantologie à insertion axiale, par opposition à l’implantologie à insertion latérale dans laquelle l’implant a une forme de T et est insérée latéralement au maxillaire. Cet implant en titane est appelé Diskimplant et caractérise l’implantologie basale, spécifique des maxillaires atrophiés. Cette technique est controversée, un petit nombre de praticiens la pratique.

Pour plus d’explication sur implants dentaire cliquez ici